Actualités

Film sur St Philippe projeté à Notre-Dame de Lourdes

Le ciné-club de Notre-Dame de Lourdes projette, le vendredi 20 octobre 2017 à 15h et 20h , salle Jean-Paul II, le film de la RAI sur St Philippe Néri.

Nous rappelons à cette occasion le commentaire formulé sur la page St Philippe Néri, notre fondateur, de l’onglet "Qui sommes-nous ?".

Nous avons eu le bonheur de découvrir en 2015 la sortie d’un film sur St Philippe Néri (en DVD en 2016) réalisé par Giacomo Campiotti pour la RAI italienne.


Autant ce film présente de St Philippe Néri une figure sympathique, vivante et mystique, autant l’interprétation de Gigi Proietti est admirable, il convient d’émettre quelques réserves quant à ses aspects historiques et biographiques.


Il faut avoir en tête la place de St Philippe en Italie pour bien comprendre. Au XIXe siècle, lorsque Don Bosco fonde un nouvel institut au service de la jeunesse et donne un incroyable élan à cet apostolat, il se réfère à St Philippe. Le saint romain du XVIe siècle, il est vrai, s’est beaucoup préoccupé de la jeunesse et les oratoires, depuis, ont toujours considéré qu’elle devait être un des domaines privilégiés de leur apostolat. Don Bosco, en créant les patronages qui vont connaître un vif succès dans presque toutes les paroisses italiennes, les appelle des "Oratorios" en référence à l’œuvre de St Philippe. Pour un Italien donc, la figure de St Philippe se confond souvent avec celle de Don Bosco et le film est typique de cette confusion. St Philippe en effet sait jouer avec les enfants des rues et les attire à lui. Son apostolat cependant est bien plus divers - et la jeunesse qu’il privilégie en fondant le véritable Oratorio est plus âgée. L’Oratorio, comme moment composé d’homélies et d’échanges ensuite, cœur de son apostolat à tel point qu’il est la raison d’être de la congrégation des pères, est le grand absent du film. On le voit auprès des malades mais peu auprès des familles, y compris les grandes familles romaines, des banquiers florentins, de la curie romaine, des prisons du St- Office, pour n’évoquer que quelques aspects de son omniprésence dans la société de son temps.


Cela étant posé, on regardera le film avec beaucoup de profit pour entrer un peu dans la figure mystérieuse et complexe de notre saint fondateur. Et on n’oubliera pas le chant composé par Frisina, Paradiso, qui reste longtemps dans la tête et le cœur.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *