Confinement

Homélie Dimanche VII Pâques

P. David Vaimbois

Chers frères et sœurs,

Vendredi dernier, le 22 mai, nous fêtions dans notre diocèse N.-D. de Bonsecours. L’Évangile de cette fête est l’épisode des Noces de Cana : il nous montre Marie, notre Mère, qui presse son Fils, avec discrétion et avec foi, à nous secourir dans tous nos besoins : « Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3), "c’est-à-dire d’Esprit Saint", a rajouté saint Philippe Néri, notre Père (que nous allons fêter mardi). Vous connaissez cet épisode. Je voudrais en retenir deux phrases : « Mon heure n’est pas encore venue » (Jn 2, 4). Puis : « Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui » (Jn 2, 11). L’évangile de ce dimanche aborde les mêmes thèmes : l’Heure, les œuvres (signes), la manifestation de la gloire de Jésus et la foi des disciples (qui ne sont plus des serviteurs…).

« Ainsi parla Jésus. Puis il leva les yeux au ciel et dit : "Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie" » (Jn 17, 1). Glorifier, manifester la gloire, signifie faire connaître le rayonnement de la personne et le poids de son être. Quand Dieu manifeste sa Sainteté à Isaïe, il fait sentir le poids de sa Gloire : les séraphins « se criaient l’un à l’autre : "Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! Toute la terre est remplie de sa gloire." Les pivots des portes se mirent à trembler à la voix de celui qui criait, et le Temple se remplissait de fumée » (Is 6, 3-4). Les pivots tremblent alors qu’ils étaient, assurément, stables et très solides ; la Gloire de Dieu l’est encore plus. Essayons de nous en souvenir la prochaine fois que nous chanterons le Sanctus : les portes devront trembler...

L’Heure est venue : c’est-à-dire l’Heure de la Passion du Christ, et de sa Résurrection. En cette heure, pas de séraphins, pas de gloire triomphaliste. Mais, en cette Heure, c’est le Triomphe de l’Amour de Dieu sur la mort et le péché. Dieu révèle sa Sainteté. Dans l’évangile selon saint Jean, la Passion et la Croix sont l’exaltation du Christ-Roi. Cette exaltation s’achève par la Résurrection. « Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12, 31-32). La Croix, la Résurrection : tout ceci est une folie pour notre sagesse humaine. Mais, la folie de Dieu est plus sage que celle des hommes, ainsi que l’écrit saint Paul : « Car le langage de la croix est folie pour ceux qui vont à leur perte, mais pour ceux qui vont vers leur salut, pour nous, il est puissance de Dieu. […] Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes » (1 Co 1, 18.25). Et l’évangile de saint Jean ajoute : « Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage » (Jn 3, 31-32).

Pour entrer dans cette sagesse, nous avons besoin de l’Esprit Saint : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière » (Jn 16, 12-13). « Transformez-vous en renouvelant votre façon de penser » (Rm 12, 2). Peut-être me prendrez-vous pour un fou ? Peut-être penserez-vous que je ne suis imprudent ? Peut-être me jugerez-vous comme un agitateur qu’il faut empêcher de nuire ? Peut-être… Mais, nous est-il permis de juger la Parole de Dieu ? « […] Heureux êtes-vous, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Que personne d’entre vous, en effet, n’ait à souffrir comme […] agitateur. Mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, et qu’il rende gloire à Dieu pour ce nom-là » (1 P 4, 14-16). Aussi, je le répète, sans honte : nous avons besoin, par-dessus tout, de recevoir l’Esprit Saint. Pour participer à la Gloire pascale du Christ (dont nous, « chrétiens », nous portons le Nom) – Christ : Celui-qui-a-reçu-l’Onction de l’Esprit Saint –, nous avons besoin de recevoir également l’Onction de l’Esprit de Vérité, le Paraclet (cf. Jn 14, 16-17), l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts (Rm 8, 11).

C’est par le Christ Ressuscité, dans l’Esprit Saint, que nous entrons dans la Foi au Fils de Dieu, qui nous a aimés et s’est livré pour nous (cf. Ga 2, 20). Soyons dans la joie ! Par le Baptême, rendu fort en nous par le Don de l’Esprit Saint (Confirmation), nous partageons la Gloire du Christ : nous avons reçu la vie éternelle (cf. Jn 17, 2), en entrant dans la foi au « seul vrai Dieu, et celui qu’il a envoyé, Jésus-Christ » (cf. Jn 17, 3).

Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *