Confinement

Homélie du 18 mars

Commentaire des lectures du jour : “Le pays que vous donne le Seigneur.”

P. Xavier Grandpierre

Avant cette crise sanitaire, nous avions l’habitude de rencontrer régulièrement le Seigneur dans son Eucharistie, le dimanche ou quotidiennement. Tout est pour le moment désorganisé dans nos repères religieux habituels et si nous sommes tentés dans ces circonstances de nous confectionner un confort spirituel le plus proche de ce que nous connaissions déjà, nous nous trompons peut-être.

Car nous ne possédions pas, même avant cette crise, de terrain acquis ; en ce temps de Carême les lectures qui restent identiques, le rappellent : “Vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères.” dit Moïse au peuple de Dieu (1ère lecture). Oui, à nous qui aujourd’hui sommes ce peuple de Dieu en tant que l’Église, Dieu ouvre un pays en fait toujours nouveau devant nos pas. Nouveau car il est le sien, donné par Jésus Christ, et donc jamais celui que nous nous serions, comme bien des choses, donnés à nous-mêmes, pour nous rassurer faussement.

C’est que Dieu en ce temps d’épreuves, en particulier pour ceux qui n’ont pas la foi et n’y verront que des moments difficiles, a beaucoup à confier à chacun d’entre nous. Il nous confie en effet d’abord notre prochain dans notre famille ou dans notre société. À cette fin, entraide et prières nous reviennent. Comme c’est Jésus qui garantit ces jours-ci notre accession à ce nouveau pays, cela doit dorénavant nous rassurer et même nous motiver d’être l’objet d’une si grande confiance de la part du Seigneur.

Peut-être que nous n’avions pas vu cela jusqu’à présent, si en venant à la messe nous pensions vivre seulement comme dans un pays que nous avons choisi. Là s’y tient le don du pays nouveau du Seigneur que nous redécouvrons en ce moment en le re-désirant apparemment davantage de l’extérieur, à l’image du commun des mortels français en général… Mais ce pays, par notre désir creusé d’y entrer, est en construction en nous par la grâce de Dieu qui accompagne son Église vers Pâques.

Ce pays nous dit Jésus qui en accomplit la réalisation selon la promesse de Dieu, est tout simplement le royaume des Cieux. Et pour en demander avec confiance la grâce, nous entendons (Évangile) que son chemin préconise en nous-même l’humilité du Fils de Dieu et son obéissance. Toutes choses désirables et accessibles, et – heureusement pour nous d’ailleurs – toujours nouvelles à pratiquer !

2 commentaires

  • Isabelle Bridet Reply
    18 mars 2020 at 8 h 41

    Merci à vous tous ! UDP

  • Anne Lorraine Reply
    18 mars 2020 at 13 h 05

    Merci pour vos homélies qui nous permettent de garder le lien et d’alimenter notre vie spirituelle ! C’est une super idée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *