Confinement

Homélie du 1er avril

P. Xavier Grandpierre. Commentaire des lectures du jour : “Comment peux-tu dire : vous deviendrez libres.”

Des Juifs qui croyaient en Jésus lui répliquèrent : “Comment peux-tu dire : vous deviendrez libres ?” Notre génération peut facilement se reconnaître dans cette réplique à Jésus. Héritiers du catholicisme mais comme fils et filles de mai 1968 aussi, nous nous octroyons inconsciemment (par nos attitudes et nos façons de vivre) des conquêtes pour nous prouver que nous avons acquis notre liberté. Entre parenthèse, les générations qui nous précèdent avançaient souvent de la même manière pour les réalités qui leurs tenaient alors à cœur ; question de mode. De là vient que nous oublions l’amour du Père céleste et avons beaucoup de mal à reconnaître nos péchés et à en demander pardon à Dieu.

Toutefois, Jésus qui est dans la Vérité de l’amour de son Père, nous manifeste cette Vérité : “Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres.” Jésus par la proximité qu’il instaure par sa parole quand nous l’écoutons, invite à demeurer en Lui. Il nous empêchera nos illusions sur notre soi- disant liberté en la rendant enfin réelle. La prétention de la nôtre est aveuglante et fait que nous en sommes arrivés à des impasses profondes dont notre monde, en ces jours- ci, est en train de rêver de se dépêtrer tout seul. Avec les dégâts collatéraux infligés comme toujours aux plus faibles. La liberté pour qui alors ?

En ces jours où les lectures liturgiques quotidiennes commencent à faire briller les premiers feux de la Pâque du Christ, approchons-nous de la Vérité. La suffisance ne peut pas constituer la recherche de notre humanité en quête d’autojustification. Et je parle de nos cœurs à chacun avant toute critique politique ; cela est important et même primordial si on ne veut pas continuer à répandre cet état d’esprit que Jésus déplore chez nous.

Entrons dans la mystérieuse présence parlante du Fils que le Père nous a vraiment envoyé et que nous n’avons encore pas reçu autant qu’il se propose. Voilà la Vérité présente dans les Évangiles. Elle ouvre nos libertés à chercher l’éclairage de la présence de Jésus pour enfin mieux connaître et vivre de ses sentiments. “Sentiments” au sens de la liberté qui habite fondamentalement son cœur et qu’il nous communique.

2 commentaires

  • Didier Rance Reply
    1 avril 2020 at 11 h 55

    Merci P. Xavier, pour votre méditation sur ce qu’est et qui est la vérité.

  • nicole et jean Reply
    1 avril 2020 at 18 h 52

    Un grand merci pour cette réflexion .
    Nous portons à votre prière notre petite fille Juliette ,infirmière en Ehpad à Nancy qui vient d’être testée positive au virus , pour l’instant les symptômes ne sont pas alarmants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *