Confinement

Homélie du Samedi V Pâques

P. Arnaud Mansuy

« Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite ». Cette affirmation du Christ se confronte souvent à l’expérience de notre prière qui reste inexaucée. Nous avons beau entendre le Christ prévenir ce constat en déclarant : « jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom », il peut rester une sorte d’insatisfaction intérieure.

Ce « jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom » peut s’éclairer du contexte de la narration de l’évangile selon saint Jean : nous sommes avons la passion et la résurrection où se réaliseront l’œuvre du Christ, l’accomplissement de cette « Heure » pour laquelle il est venu dans le monde. C’est dans le mystère de Pâques, mystère de sa mort et de sa résurrection que le Christ a rétabli l’union entre l’homme et Dieu. Il faut donc « attendre » cet accomplissement pour que les disciples puissent demander, recevoir et ainsi être dans la joie parfaite.

Le contexte liturgique donne également un éclairage à cette affirmation que nous entendons entre l’Ascension et la Pentecôte. Notre prière s’adresse au Père dans le nom de Jésus qui nous promet l’Esprit Saint. N’est-ce pas là la demande qui doit jaillir de nos cœurs ? non pas la demande de telle ou telle chose aussi bonne soit elle, mais en premier lieu la demande fervente de la venue dans nos cœurs d’une Personne : l’Esprit Saint !

Enfin, soulignons que la prière chrétienne s’adresse au Père par le Christ ; c’est la formule de toute la grande tradition liturgique : Per Dominum Nostrum Jesum Christum. Ainsi nous pouvons regarder la liturgie, et notamment dans ses oraisons, comme une véritable école de prière qui nous apprend à demander au Père au nom de Jésus dans l’Esprit Saint qui nous est promis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *