Confinement

Homélie Jeudi II Pâques

P. Arnaud Mansuy

Les Apôtres qui annonçaient le Christ dans le Temple, sont conduits sous escorte devant le Conseil suprême et poursuivent leur élan missionnaire devant leurs contradicteurs par la voix de saint Pierre. Et derrière l’accusation pour laquelle ils sont appelés à comparaître, voici dans la bouche du grand prêtre un magnifique témoignage de la réalisation de leur mission d’être les témoins du Ressuscité à Jérusalem (cf. Ac 1, 8) : « … et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement ».

Dans ce dernier discours à Jérusalem, saint Pierre rappelle les événements qui viennent de se dérouler en y montrant l’accomplissement du dessein salvifique de Dieu. Et il place tout son discours dans le thème de l’obéissance qui ouvre et clos son propos (« Il faut obéir à Dieu … que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent »), montrant que les Apôtres sont dans cette obéissance à Dieu et qu’ils ne sauraient obéir aux hommes. D’autant que les membres du Conseil suprême qui leur « [avaient] formellement interdit d’enseigner au nom de celui-là [au nom de Jésus] » ne peuvent se prévaloir d’un pouvoir face à Celui « que Dieu, par sa main droite, a élevé, en faisant de lui le Prince et le Sauveur ». Mais les chefs, au lieu de se convertir en reconnaissant que Dieu bénit et sauve par le sang innocent qu’ils ont versé, projettent « de supprimer » les Apôtres pour faire taire leur prédication.

En même temps que l’annonce de la merveilleuse nouvelle de la Résurrection, se présente encore une fois le choix qui se fait dans le cœur de l’homme d’accueillir ou non cette annonce et d’en vivre. Toutefois, le discours de saint Pierre donne une lumière nouvelle : « quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent ». L’annonce de la Résurrection est l’œuvre des Apôtres, mais elle est également l’œuvre de l’Esprit Saint qui donne à celui qui annonce les mots qui toucheront son auditeur, qui donne à l’auditeur de pouvoir accueillir avec bienveillance la parole du témoin- missionnaire, ou qui saura proposer discrètement à l’auditeur le souvenir d’une parole - parfois même une parole maladroite d’un prédicateur peu avisé - pour conduire au salut offert en Jésus ressuscité.

Saint Pierre révèle que c’est l’action de l’Esprit Saint et la docilité suscitée par Lui qui déterminent à la fois la prédication missionnaire et l’accueil de la Bonne Nouvelle. Il nous faut donc demander l’Esprit Saint non seulement pour pouvoir être des témoins du Ressuscité, mais aussi - et peut-être en premier lieu - pour pouvoir accueillir pleinement dans notre vie la réalité de la Résurrection du Christ et nous laisser transformer par elle.

2 commentaires

  • nicole et jean Reply
    23 avril 2020 at 8 h 58

    Merci Père Arnaud pour cette très belle Homélie:
    On y trouve la Sainte Trinité ,et Pierre avec toute sa fougue ,son attachement à Jésus , ses affirmations pour témoigner de la Résurrection du Christ ,sous l’action de l’ Esprit , alors qu’il avait renié son Maître !
    Pour être missionnaire , il nous faut véritablement accueillir la Parole et essayer de La mettre en pratique ,en demandant l’aide de l’Esprit ,tout seul c’est impossible et notre témoignage , c’est vraiment notre façon de vivre l’Amour du Christ qui nous rend crédible

  • Isabelle Bridet Reply
    23 avril 2020 at 10 h 16

    Merci père Arnaud . Oui, demandons l’Esprit-Saint pour obéir à Dieu qui n’est qu’amour. Pour un enseignement d’amour. Et des gestes d’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *