Oratoire Séculier

La joie de St Philippe auprès des petits (Réunion plénière)

Nous avons un peu expérimenté cette joie qui nous vient des "petits", lors de la réunion plénière de l’Oratoire séculier, jeudi 3 février.




Pour l’illustrer, nous avons présenté une scène de l’Oratorio : “Saint Philippe et les œuvres de miséricorde”, œuvres qu'il pratiquait dans la plus grande discrétion et humilité, ainsi que sa façon d’inciter les autres à agir de même.










Ensuite, Elisabeth nous a appris le refrain de Taizé : "Ô pauvreté", ou quand les petits nous enseignent…
















Quatre témoignages ont suivi, Thaïs et les enfants de l’Évangile, Nadine et ses interventions auprès de personnes âgées et grabataires à Saint Stanislas, Le père Xavier Grandpierre et sa fonction d’aumônier d’hôpital, Jean-Gabriel et l’Eucharistie partagée en prison, auprès de malentendants…












La soirée s’est poursuivie selon le déroulement habituel par un temps d’oraison avec comme support une phrase de Saint Philippe que chacun a reçue au hasard, puis une tractatio (voir texte ci-dessous) d’où ont émergé des intentions de prières lues avant les complies.

Et pour terminer toujours dans la joie, nous avons partagé un temps convivial et gourmand et nous sommes régalés de crêpes.

" Dans l’encyclique Deus caritas est de Benoît XVI nous lisons qu’ « une Eucharistie qui ne se traduit pas en une pratique concrète de l’amour est en elle-même tronquée » et que « le programme de Jésus est un cœur qui voit ». Ce cœur voit où l’amour est nécessaire et il agit en conséquence. Ainsi, Philippe veut aider ses jeunes à passer d’une écoute de la Parole de Dieu telle qu’ils peuvent l’entendre lors de la célébration des sacrements et des réunions de l’Oratorio, à une vie de la Parole mise en pratique, comme nous y invite le Seigneur lui-même : « Faites attention à la manière dont vous écoutez (…). Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique » (Lc 8,18-21). Nul ne peut prétendre aimer Dieu qu’il ne voit pas sans aimer le frère, en acte et en vérité (cf. 1 Jn 3,18 et 4,20) C’est l’exemple laissé par Jésus dans le lavement des pieds : aimer, c’est servir, « sachant cela, heureux êtes-vous si vous le faites » (Jn 13,17). "

Extrait de Prier 15 jours avec Philippe Néri (Jean-François Audrain)

1

  • Isabelle BRIDET Reply
    11 février 2022 at 19 h 36

    Il y a quelque chose qui manque après les oeuvres de miséricorde. Peut-être un point. Puis quelque chose comme :
    On y apprend quelques oeuvres pratiquées par Philippe dans la plus grande discrétion et humilité ainsi que sa façon d’inciter les autres à agir de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.