Confinement, Oratoire Séculier, Paraclet

Soirée avec le Paraclet – 17 novembre 20h30

Venez prier ce soir avec nous !

Le projet du cenacolo du Paraclet est de nous laisser édifier par l'Esprit Saint pour évangéliser. Pour cela nous échangeons sur notre foi, sur son annonce dans notre vie quotidienne, nous essayons de nous laisser édifier dans la grâce de St Philippe Néri.

A circonstances exceptionnelles, soirée exceptionnelle! Nous vous donnons rendez-vous pour une soirée de témoignages, d'oraison, de prière et de chant. Vous trouverez les liens ci-dessous pour les musique, vidéo et bonus ainsi que le déroulé détaillé !

1. Invocation à l’Esprit Saint avec le chant Esprit de lumière, Esprit créateur.




2. Oraison silencieuse

3. Temps de tractatio « Voici l’époux, sortez à sa rencontre » (Mt 25, 1-13)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux.

Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile.

Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’

Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’

Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’

Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.

Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’

Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas. Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure.’

Pour aller plus loin et pour ceux qui le souhaitent, laissons la parole au Père David

Chers frères et sœurs,

Aujourd’hui, n’ayez pas peur, que rien ne vous inquiète : « Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre » (Mt 25, 6). Ne relâchons donc pas nos efforts : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (Mt 25, 13). Ce dimanche, encore une fois, nous recevons une parabole du Royaume : « Le Royaume des cieux est semblable… à dix jeunes filles invitées à des noces ». Aujourd’hui, c’est une comparaison très positive ! Cette parabole n’est pas censée nous inquiéter. Nous sommes invités à contempler la fin (la fin des temps, la fin de notre vie) : ce sera comme un soir de noces ! Donc, n’ayons pas peur ! Entrons dans l’Espérance !

Avant d’essayer de déchiffrer cette parabole, souvenons-nous qu’il s’agit d’une parabole : autrement dit, avant de s’empêtrer dans les détails, souvenons-nous que c’est la leçon finale qui compte. Par exemple, ne nous offusquons pas des « prévoyantes » qui refusent de partager : ce n’est pas une parabole sur le partage. Ne nous demandons pas ce que signifie pour les « insouciantes » d’aller chez les marchands (v. 9) ou de rester dehors (cf. v. 10) … Seule la “leçon” compte : que peut signifier la dernière phrase : « Veillez donc » (Mt 25, 13) ?

Reprenons les éléments de la parabole : des noces, une invitation, dix jeunes filles (cinq insouciantes, cinq avisées et prévoyantes), distinguées selon qu’elles ont de l’huile en réserve ou pas : une lampe à huile sans huile… n’est plus une lampe à huile (devient-elle une cruche ?). L’Époux tarde à venir et elles s’endorment toutes. La parabole ne reproche pas ce sommeil (est-ce celui de la mort ?) : donc, paradoxalement, veiller (v.13) n’interdit pas de dormir. L’Époux arrivé, les prévoyantes entrent dans la salle des noces, les insouciantes restent devant les portes closes. Et, il y a cette phrase – est-elle dure ou attristée ? – : « Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas » (Mt 25, 12). « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (Mt 25, 13).

Notez que Jésus aborde déjà, à peu près, le même thème dans la parabole des deux maisons, construites sur le roc ou sur le sable (Mt 7, 21-27), en conclusion du Discours sur la Montagne (Mt 5-7) : l’une tient bon, l’autre s’écroule. Celui qui bâtit sur le roc est celui « qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique » (Mt 7, 24). Et, comme dans la parabole de ce jour, Jésus annonce aux « insensés » : « Je ne vous ai jamais connus » (Mt 7, 23). Ce n’est pas un verdict. C’est un constat, triste : “Je ne vous connais pas encore, vous n’êtes pas encore prêts pour le Royaume, pas prêts pour les Noces… Je ne vous REconnais pas, vous ne me ressemblez pas, vous n’êtes pas en communion avec Moi”. Pour les jeunes filles insouciantes de la parabole, on peut entendre : “Je ne vous connais pas, vous n’êtes pas la Lumière du monde : vous êtes appelées à l’être, mais il n’y a pas d’huile dans vos lampes”. VEILLER, c’est donc vivre, au jour le jour, cette ressemblance avec le Père pour laquelle nous sommes faits. Cette ressemblance, c’est aimer, comme Lui. Impossible ? Heureusement, cette ressemblance d’amour est un cadeau comme le disent les autres lectures de ce dimanche. Il nous suffit de désirer ce cadeau de la ressemblance, de le chercher « Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube : mon âme a soif de toi » (Ps 62, 2), d’aller à la rencontre de cette Sagesse (qui dépasse notre sagesse souvent trop humaine) : « elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent. Elle devance leurs désirs en se faisant connaître la première. Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte » (Sg 6, 12b-14). VEILLER, c’est être toujours prêts à Le recevoir : la rencontre avec l’Époux ne se fait pas au bout du temps, ni au bout de notre vie : cette rencontre avec l’Époux se fait à chaque jour du temps. À chaque jour du temps, le Seigneur-Époux nous modèle à Son image.

Enfin, chers frères et sœurs, nous qui sommes appelés à être sel de la terre et lumière du monde (cf. Mt 5, 13-14), il ne faut pas que nous soyons « abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance » (1 Th 4, 13). Chers frères et sœurs, laissez-moi vous le redire : cette espérance ne dépend pas des variations de nos humeurs, de nos états d’âme, de notre optimisme ou de notre pessimisme, d’un “scientifique”, d’un expert ou d’un pouvoir politique. L’espérance d’un chrétien repose sur le Roc : « Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité » (1 Th 4, 13). Notre espérance est en une Personne, le Christ Jésus, et dans un événement, cœur de notre foi : la Résurrection. Aussi, chers frères et sœurs, veillons donc, car nous ne savons ni le jour ni l’heure (cf. Mt 25, 13). « Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre » (Mt 25, 6).

PAPE FRANÇOIS, Fratelli tutti, n. 275 : « Il est inadmissible que, dans le débat public, seuls les puissants et les hommes ou femmes de science aient droit à la parole. Il doit y avoir de la place pour la réflexion qui procède d’un arrière-plan religieux, recueillant des siècles d’expérience et de sagesse »

4. Témoignage vidéo de Pascale



Bonus pour aller plus loin …




Témoignage de Bernadette

Alléchée par les récits de Pascale Walker qui en était à sa 4ème participation je crois, je me suis décidée finalement à participer au Congrès Mission. Je me suis inscrite en ligne sans trop savoir comment ça se passait. J'aurais pu faire beaucoup mieux et participer à beaucoup plus d'ateliers. Mais qu'importe, ce fut une première expérience, dans des circonstances un peu spéciales, Covid oblige, qui, et c'est le plus important, me donne envie de recommencer.

Très rapidement : j'ai assisté à trois tables rondes dont j'avais choisi le thème (ou un participant… Fabrice Hadjadj par exemple pour la 3ème !) :

Comment retrouver les 99 brebis perdues de nos paroisses ?

La charité sans l'annonce est-elle vaine ?

L'intelligence terre de mission

Deux ou trois phrases à explorer….

Ce que tu veux allumer chez les autres, fais-le d'abord brûler en toi-même

Aller et rejoindre les brebis comme elles sont

Comme Jésus s'est abaissé jusqu'à nous, il faut savoir trouver des propositions pour ceux qui sont loin, trouver des marches accessibles (la messe est une marche trop haute)

Penser comme ceux qui ne connaissent pas Dieu, pour trouver des propositions adaptées.

Choisir de passer du temps avec des non-chrétiens

J'ai participé à deux eucharisties, à la soirée d'ouverture et à une veillée Esprit Saint.

Des célébrations vivantes, où chaque participant vibre (à sa manière et on est ouvert à tout)

C'est un moment de grande émotion (encore palpable pour moi aujourd'hui) et aussi un direct avec le Seigneur.

C'est une communauté forte qui célèbre Dieu, brûlante du feu du Saint Esprit, une belle image de l'Eglise.

Tous les âges sont mêlés, il y a plein de prêtres, de jeunes prêtres et de religieux. Une foule dynamique, débordante de joie, de sourires, de chants ; mains levées ou pas. De beaux silences emplis de prière.

J'ai bien sûr été particulièrement sensible à la soirée sur le Saint Esprit, animée par le père Legros avec qui nous avions cheminé un temps dans le cenacolo Pentecôte (par vidéos interposées). On ne sort pas indemne de moments pareils sans doute aussi parce que j'étais sensibilisée et très ouverte à l'action de l'Esprit.

Un moment très fort aussi dans la messe de clôture, quand on a prié pour les prêtres, pour les éducateurs, pour tous ceux qui évangélisent à leur manière dans leur entourage.

Une découverte du congrès mission qui m'a conquise et m'a décidée à motiver un groupe à s'y rendre l'année prochaine (le congrès mission sera délocalisé en province, dans plusieurs villes, dont Strasbourg)

Il nous faut des moments pareils pour nous dynamiser, nous aider nous redonner une grande Espérance.

Je pense aussi que pour les prêtres qui sont au quotidien dans un univers difficile, il faut absolument des moments comme ceux-là pour leur insuffler une bonne dose de courage et leur montrer des chrétiens animés de l'intérieur et rayonnants.

Une dose de vitamine pour un an, à diffusion lente, à absorber en groupe !

5. Questions

- Qu’est-ce que c’est pour moi, l’évangélisation ?

- Que suis-je prêt/prête à donner, à partager, à vivre pour évangéliser ?

- Comment puis-je faire grandir l’Esprit Saint en mon cœur ?

Complies

Rejoignez la page d’AELF

Confinement

Homélie du 23 novembre

NOTE : Le P. Bombardier nous livre aujourd’hui sa méditation quotidienne sur l’Apocalypse. Pour ceux qui veulent approfondir ce texte...
Confinement

Homélie du 22 novembre

P. David Vaimbois Bonjour Majesté, Peut-être, chers frères et sœurs, n’avez-vous pas trop l’habitude que l’on s’adresse à vous en...

2 commentaires

  • Isabelle Bridet Reply
    17 novembre 2020 at 23 h 43

    Merci pour votre invitation à la prière, pour vos témoignages et chapeau pour votre présentation, quel travail !

  • Isabelle Bridet Reply
    18 novembre 2020 at 8 h 25

    Je pensais vous avoir laissé un message de remerciements pour vos témoignages et pour votre invitation à la prière partagée. J’ai dû me planter dans l’identification des bornes d’incendie pour prouver que je ne suis pas un robot ! 😉
    Et puis chapeau pour votre présentation. Me reste encore à écouter le bonus.
    Encore merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *